Hypnose médicale, hypnose thérapeutique, l’hypnose qui aide, l’hypnose qui soigne, l’hypnose qui guérit.
Trop de médicaments tue les médicaments (antibiotiques, somnifères, effets secondaires…).

L’esprit est un grand guérisseur. Depuis toujours nous savons que l’esprit agit sur le corps… l’esprit est un grand guérisseur disait Hippocrate… si l’esprit peut guérir, il peut aussi rendre malade… les maladies psychosomatiques… “Tu vas finir par te rendre malade”. L’esprit est la porte d’entrée vers le corps et ses ressources insoupçonnées.

Votre système immunitaire le plus sophistiqué et le plus puissant des laboratoires pharmaceutiques. Notre système psychique et notre système immunitaire sont reliés, interdépendants, ils interagissent en permanence… n’utilise t-on pas le même mot pour traduire un affaiblissement de l’un ou de l’autre… notre système immunitaire comme notre système psychique peuvent être déprimés.

L’hypnose modifie le jeu de forces intra psychiques. L’hypnose voie royale d’accès à l’inconscient va intervenir dans votre propre équation personnelle et permettre une modification du jeu de forces en réorientant l’énergie vitale dans le sens de la guérison. L’hypnose agit à plusieurs niveaux et réconcilie le corps et l’esprit au sein d’une médecine tournée davantage vers la personne qui souffre que vers le symptôme.

Espoir, implication, alliance thérapeutique. La personne qui souffre a besoin d’espoir pour s’impliquer dans son traitement… “la foi, vraie ou fausse produira toujours les mêmes miracles” disait Paracelse en… 1520! Le malade regarde le médecin comme un passager inquiet regarde le steward, il cherche à être rassuré, à garder confiance… espoir. L’hypnose ne va pas seulement par d’habiles suggestions influencer le psychisme du patient pour l’orienter vers la guérison, elle va aussi envoyer le message au patient qu’il n’est pas seul et que le médecin va l’accompagner… il y a là une véritable alliance, l’alliance thérapeutique.

Apprendre l’hypnose, c’est apprendre bien plus qu’apprendre à hypnotiser. Je le dis lors de mes conférences, apprendre l’hypnose, ce n’est pas seulement apprendre à hypnotiser une personne, c’est aussi créer un lien humain puissant pour agir ensemble. Il est bénéfique pour le patient et aussi pour le praticien.

La médecine à fait des progrès extraordinaires. La pénicilline découverte par Fleming en 1928 sera utilisée comme médicament en 1944, à elle seule elle fait faire un bond considérable à l’espérance de vie. Que dire des progrès fantastiques de la médecine… ils ont pu laisser croire à un miracle… la technique devint une sorte de religion. Le miracle a bien  eu lieu certes mais il est partiel.

Chacun bien évidemment limitera l’usage de l’hypnose à son domaine de compétence. Nous enseignons de ne jamais se substituer à un professionnel de santé, à ne jamais, par exemple, agir sur une douleur si le diagnostic n’est pas fait.

L’hypnose, une approche humaniste complémentaire. L’heure est venue d’associer technique médicale et forces intra-psychiques afin que l’on ne considère plus l’être humain comme un simple mécano fait de pièces que l’on répare ou que l’on change sous l´autorité… même bienveillante du professionnel.
Apprendre l’hypnose, c’est apprendre à faire confiance à la personne, apprendre l’hypnose, c’est se dire que chaque personne est unique, apprendre l’hypnose, c’est mettre l’humanisme au cœur de tout processus thérapeutique, apprendre l’hypnose c’est remettre la personne au centre.
L’hypnose, ça s’apprend, dès les premiers jours de formation nous apprenons une à une les huit étapes d’une séance d’hypnose. Chaque étape est indispensable. Dès le début de nos formations nous apprenons à parler une langue nouvelle… la langue de l’inconscient.

Et puis, apprendre l´hypnose, c´est aussi apprendre l´auto-hypnose et donc apprendre à prense soin de soi.

Dr Robert Larsonneur

IMG_6055